Rencontre avec … Christophe Benoit, la tradition de l’auto-construction, le bois et la paille

Louisa Frangeul Actualité Ghara

Christophe Benoit, la tradition de faire soi-même et la construction écologique

Christophe, quel est ton parcours ?

« Dans ma famille, à la campagne, on a toujours tout fait par soi-même, et en particulier en utilisant le matériau bois.

Depuis mon enfance, j’ai toujours vu chez mes parents, mes grands-parents, mes oncles et tantes, des outils pour travailler le bois. Ça allait des établis aux étagères en passant par les cabanes et les jouets en bois. On rénovait nos maisons sans faire appel à des professionnels. Et ce qu’on ne savait pas on l’apprenait !

Depuis que je suis tout petit j’ai eu des outils en main.

Ma tradition familiale est donc plutôt le travail manuel, et je ne me voyais pas faire de longues études. Je voulais travailler le bois, j’ai donc commencé par un BEP dans ce domaine.

Et puis, je me suis finalement dit que je ne voulais pas subir. Je voulais pouvoir avoir une chance d’être libre de décider. J’ai donc passé le bac et continué mes études jusqu’au Bac+5 avec un DESS de productique appliquée.

J’ai commencé mon parcours professionnel en menuiserie industrielle dans un grand groupe. Mais je ne m’y suis pas retrouvé.

Avec l’auto-construction, le second héritage de ma tradition familiale est la liberté, et donc être salarié dans un grand groupe ne me convenait pas ! »

Et pourquoi la construction écologique ?

« A l’origine, même si le matériau bois était une tradition familiale, rien ne me prédestinait à œuvrer pour la construction écologique.

Après l’expérience en menuiserie industrielle, de retour de l’Armée, j’ai été engagé par un bureau d’études. J’ai d’abord été technicien puis maître d’œuvre dans l’ossature bois.  

C’est là que j’ai eu une révélation pour l’ossature bois et que j’ai commencé à m’intéresser aux techniques de construction écologique.

A cette époque, j’ai eu le projet de rénover une maison en construction écologique pour mon habitation personnelle avec ma famille, en Vendée. Mais je n’ai trouvé aucun artisan compétent sur le sujet dans la région. Alors je l’ai fait moi-même !

J’étais déjà bienveillant vis-à-vis de l’environnement, mais j’ai vraiment développé ma conscience écologique et mon engagement à ce moment. Je me suis rendu compte que d’autres façons de construire et de rénover les bâtiments existaient, plus respectueuse de l’environnement, émettant moins de CO2. Il fallait seulement les faire connaître et former les professionnels du bâtiment, de la conception à la construction. »

Christophe Benoit

Christophe Benoit, de la maîtrise d’œuvre en construction écologique à la formation

C’est à ce moment-là que tu t’es mis à ton compte ?

« En effet, entre ma prise de conscience des problématiques environnementales, mon engagement pour la construction écologique, et mon besoin de liberté, créer mon entreprise coulait de source.

C’est ce que j’ai fait en 2008 en créant Eco-Habitat 85. Je suis maître d’œuvre en construction écologique. Je conçois et réalise des constructions 100 % écologique pour les particuliers mais aussi pour de plus grandes surfaces (bâtiments tertiaires, commerces, et structures publiques).

J’utilise principalement les matériaux bois, paille, mais aussi l’enduit terre. »

Justement, parle-nous de la paille

« J’ai commencé à m’intéresser à la paille lors de ma rencontre avec l’association APPROCHE- Paille au cours d’un stage sur la technique du GREB : une révélation !

Ne pas être tributaire d’un matériau, pouvoir construire soi-même sans s’endetter, le rêve ! Et c’est ce que la paille permet.

La paille est aussi le meilleur matériau pour réduire les émissions (le moins d’impact CO2). Son impact est même positif, puisqu’elle stocke le carbone.

L’aventure ossature bois/paille commence pour moi !

J’ai commencé à travailler sur des projets en bois et en paille.

Au début cette technique était surtout utilisée et demandée par des particuliers aux valeurs et à l’engagement écologiques forts.

Mais petit à petit, les pouvoirs publics et les entreprises privées s’y mettent.

J’ai par exemple accompagné la construction du magasin Biocoop de St Hilaire de Riez en Vendée (2013) : l’ossature bois/paille a commencé à entrer dans la lumière.

J’ai également accompagné la construction d’une extension en bois pour l’école de mon village à Saint Christophe du Ligneron (Vendée).

Ces projets sont primordiaux pour mettre en lumière la construction écologique et permettre de sensibiliser le grand public dès le plus jeune âge.

Et de mon côté, les projets de cette envergure me permettent de sortir de ma zone de confort, ils sont très enrichissants et formateurs. »

Et la formation dans tout ça ?

« Tout a commencé là aussi avec APPROCHE-Paille.

APPROCHE-Paille est une association basée à Orléans qui œuvre au déploiement de la construction paille via la formation et l’accompagnement à la maîtrise d’œuvre pour les auto-constructeurs.

Comme évoqué précédemment, mon stage sur la technique du GREB a été une révélation.

Originaire du Québec, cette technique est la plus utilisée par les auto-constructeurs en paille (habitat neuf ou rénovation). Elle utilise une double ossature en bois qui vient enchâsser les bottes de paille pour l’isolation.

J’ai commencé à animer moi-même des formations GREB avec APPROCHE-Paille. Au début je faisais surtout de la formation pratique sur chantier.

En parallèle, pour pouvoir m’investir davantage, je suis entré au Conseil d’Administration d’APPROCHE-Paille, puis d’ACCORT-Paille (SIC créée par APPROCHE-Paille en 2017).

J’ai également commencé à intervenir en tant que formateur paille auprès du GRETA de Coutances (Manche).

C’était en 2009-2010, avant l’arrivée des règles professionnelles dans la construction paille.

A une époque où la construction paille restait encore confidentielle réservée aux passionnés et aux initiés.

L’arrivée des règles professionnelles en 2012 a ouvert le champ de tous les possibles en paille sans se mettre en difficultés du côté des assurances (décennale).

De fil en aiguille j’ai commencé à faire de la formation en tant qu’activité complémentaire. »

Qu’est-ce qui te plaît dans ton activité de formateur ?

« Au cours de mon cursus, j’ai pu effectuer beaucoup de stages. Des professionnels ont pris du temps pour me former et me transmettre leur savoir. J’ai voulu rendre la pareille. Transmettre mes connaissances et mes compétences.
J’accueille des stagiaires dans ma structure. J’interviens dans des écoles pour parler de mon métier.

Aujourd’hui la formation est une activité professionnelle à part entière, complémentaire à la maitrise d’œuvre.

En 2020 j’ai créé la structure Atelier Bas carbone, pour la maîtrise d’œuvre (2/3 de mon temps), et Eco-Habitat 85 est devenu la structure pour mon activité formation professionnelle (1/3 de mon temps).

Les 2 activités sont totalement complémentaires.

Le fait de former me rend meilleur sur la maîtrise d’œuvre. Permet de rompre les habitudes notamment d’un point de vue réglementaire (veille).

Il faut toujours être à la pointe. Parfois même être informé avant que les nouvelles réglementations sortent. Faire de la formation permet d’être plus efficace et plus pointu en tant que maître d’œuvre. Je suis aussi obligé de me remettre en question sur mes connaissances et ma pratique.

Et la maitrise d’œuvre me permet d’illustrer mes formations de façon pratique et concrète.

D’autre part, mon activité formation me permet d’être consulté en tant que maître d’œuvre sur des projets plus conséquents que ceux sur lesquels j’interviens d’habitude ; la formation m’enrichit de projets intéressants. J’ai notamment formé des salariés de la RATP, et j’ai pu participer à un de leurs projets.

Enfin, la formation me permet de me construire un réseau d’entrepreneurs formés aux biosourcés pour mes projets. »

Quel public formes-tu actuellement ?

« Je travaille pour différents organismes de formation : le Réseau Français de la Construction Paille, Echo Bat développement (dont je suis également membre du CA), Apijbat, Ghara.

J’interviens sur les thématiques paille, bois, matériaux biosourcés, rénovation énergétique. Je suis également formateur certifié Pro Paille, reconnu par le RFCP.

Mis à part les auto-constructeurs (formations GREB), je forme des chargés d’opération, des conseillers espace info énergie, des architectes, des bureaux d’études. Je forme principalement des concepteurs mais pas que.

Je forme également des artisans en Pro Paille. Je les épaule ensuite sur leurs premiers projets en paille.
J’interviens également auprès des CFA des Pays de la Loire pour initier les élèves aux matériaux biosourcés. Mais je sensibilise aussi leurs professeurs qui ne sont pas du tout formés sur le sujet ! Or c’est là que tout commence ! »

Comment as-tu rencontré Ghara ?

« Ma rencontre avec Hugues de Ghara s’est faite via Aymeric Prigent, formateur paille et membre d’APPROCHE-Paille.

Aymeric commençait à intervenir pour Ghara en tant que formateur. Ghara cherchait à compléter son équipe de formateurs sur les thématiques bois et paille.

Logo-ghara-fin-formulaire

Bien évidemment, le projet et les valeurs de Ghara m’ont conquis.

Aujourd’hui je dispense pour Ghara une formation sur la construction bois, maîtrise d’œuvre des ouvrages en bois, reconnue par la Branche Architecture, et qui connaît un franc succès auprès des architectes.

J’interviens également sur le sujet de la paille et des règles professionnelles.

Depuis le printemps 2022, Ghara a repris la gestion des formations d’APPROCHE-Paille. J’interviens notamment sur les formations technique du GREB auprès des auto-constructeurs, sous forme de chantier participatif. Une expérience passionnante ! »

Envie de vous former avec Christophe pour passer à l’action ?

👉 Pour que la construction bois, paille ou la technique du GREB n’aient plus de secrets pour vous, n’hésitez plus ! Inscrivez-vous à nos formations :

Construction bois, maîtrise d’œuvre des ouvrages en bois

Construire en paille, les règles professionnelles

Technique du GREB

Des financements par les OPCO sont possibles.

Pour plus d’informations : hello@ghara.fr

www.ghara.archi